Notre filière

L’histoire
d’un fruit voyageur

Le bananier est originaire de l’Asie du Sud-Est (Chine). Il a ensuite migré vers la péninsule indienne, l’Afrique de l’Est et les îles du Pacifique.

Au cours de cet incroyable voyage, grâce à la sélection des agriculteurs, il s’est métamorphosé : il a progressivement perdu ses graines et s’est rempli de pulpe.

 

Des preuves archéologiques
de la culture du bananier

Des preuves archéologiques de la culture du bananier se trouvent en Malaisie 3 000 avant notre ère, au Pakistan 2 500 ans avant notre ère, dans le centre de l’Inde 600 ans avant notre ère et 500 ans au Laos.

En 1502, les Portugais amènent les premiers bananiers des îles Canaries vers les Caraïbes et l’Amérique centrale.

Au début du XXème siècle, la culture du bananier prend toute sa dimension en Guadeloupe et en Martinique, en effet après qu’un cyclone ait ravagé les cultures de café et de cacao, la banane semble bien plus rapide à produire et offre une opportunité aux agriculteurs de nos îles.

Après la crise de la canne à sucre dans les années 60, qui occasionne notamment la fermeture de nombreuses distilleries, la banane devient vite la première richesse agricole des îles.

La variété de bananes Gros Michel, atteinte d’une grave maladie, fut systématiquement remplacée par des bananes résistantes à la maladie, appartenant au sous-groupe Cavendish. Aujourd’hui, la quasi-totalité des bananes dessert d’exportation est encore de type Cavendish.

La plus grande herbe
du monde

Le bananier n’est pas un arbre, mais une herbe géante qui peut atteindre jusqu’à 15 mètres de haut !

En s’enroulant les unes autour des autres, les feuilles donnent naissance au “pseudo-tronc” qui ressemble au tronc des arbres mais ne contient pas de bois.

Le bananier pousse dans les régions chaudes et humides. Il est essentiellement constitué d’eau (80 %). Près de 1000 variétés de bananiers poussent dans le monde !

 

1000 variétés de bananiers !

À graines, sans graines, minuscules, énormes, longues, courtes, carrées, rondes, droites, courbes, vertes, jaunes, roses, panachées, argentées, tigrées, les bananes, consommées crues ou cuites, les bananes peuvent avoir tous les goûts. Sur nos tables apparaissent surtout les variétés de bananes dessert cultivées pour l’exportation, les “Cavendish” (Grande naine).

 

Banane dessert ou banane à cuire ?

Les bananiers cultivés produisent deux grands sous-groupes de bananes : les bananes douces (ou bananes dessert) et les bananes à cuire, parmi lesquelles les plantains occupent une place prépondérante.

 

Délicieuse sous toutes ses formes…

La banane dessert montre sa maturité à l’œil nu : plus elle est jaune et tigrée, plus son goût sera doux et sucré. Délicieuse au naturel, la banane n’est pas un fruit que l’on a l’habitude de cuisiner. Et pourtant elle se prête à de nombreuses recettes !

Le temps
d’un régime …

Pendant que la terre est laissée au repos, des plants sains issus de la culture in vitro sont cultivés sous serre puis plantés en plein champs. Il faut compter environ 9 à 12 mois entre la plantation du bananier et la récolte de son régime qui pèse alors, en moyenne, 30 à 50 kg. A partir du 6e au 7e mois, la fleur apparaît.

La naissance d’un régime de bananes dessert

1. Le bananier pousse en émettant des feuilles.

2. Le bananier a atteint sa taille adulte, une tige émerge de son sommet. C’est l’induction florale (ou floraison, ou jetée).

3. L’inflorescence se recourbe vers le sol, le bourgeon mâle (ou “popotte”) pend à la verticale.

4. L’inflorescence est composée de spathes violacées.

5. Les spathes se soulèvent les unes après les autres, se replient, tombent et laissent apparaître les fleurs.

6. Les fleurs femelles apparaissent les premières, suivies de fleurs hermaphrodites, puis seulement mâles.

7. Les longs ovaires se transforment en fruits (ou “doigts”) qui se redressent vers le ciel en quête de lumière.

8. Le régime de bananes a trouvé sa forme définitive. Il est composé de plusieurs groupes de fruits appelés “mains” ou “pattes”.

 

Inscrivez vous à notre newsletter

FacebookTwitterGoogle+